#France Seine-et-Marne : Près de 500 manifestants pour dire non au gaz de schiste

environnement

Seine-et-Marne : Près de 500 manifestants pour dire non au gaz de schiste

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté ce samedi 3 août 2013 à Jouarre en Seine-et-Marne pour protester contre un projet d’exploration du gaz de schiste. Militants et élus se sont rassemblés devant la plateforme du pétrolier Hess.

  • Audrey Natalizi avec Norbert Cohen et AFP
  • Publié le 03/08/2013 | 19:08, mis à jour le 03/08/2013 | 19:08
© Norbert Cohen
© Norbert Cohen

Ils étaient près de 500,  militants des associations de défense de l’environnement et élus locaux, rassemblés ce samedi 3 aôut 2013 à Jouarre pour dire non au gaz de schiste. Un rassemblement devant les installations de l’entreprise Hess Oil, détenteur de permis d’exploration. Quelques manifestants ont tenté de s’approcher des installations mais ont été rapidement repoussés par les forces de l’ordre présentent sur place.Reportage de Norbert Cohen et Philippe Aliès

Manifestation contre le gaz de schiste à Jouarre
Cet après-midi à Jouarre, en Seine et Marne, un peu plus de 400 manifestants se sont retrouvés devant la plateforme pétrolière érigée par l?entreprise Hess Oil. Ils s’inquiètent d’un forage d’exploration que s’apprêterait à démarrer la société américaine.

« Nous sommes contre l’exploration, mais également contre l’exploitation. Si cette plateforme est installée ici, ça veut dire qu’elle est prête à entrer en fonction, malgré le discours du gouvernement. On sait qu’il y a des lobbies puissants qui militent pour le gaz de schiste y compris parmi ses ministres », a expliqué à l’AFP Annie Lahmer, secrétaire régionale EELV. Une allusion à la position d’Arnaud Montebourg qui s’est montré favorable « à titre personnel » à l’exploration du gaz de schiste par d’autres moyens que la fracturation de la roche mère.

« Nous travaillons dans le cadre de la loi. On est là pour faire un forage pour déterminer s’il y a du pétrole ici. Par ailleurs, les services de l’Etat contrôlent régulièrement et inopinément nos activités », a précisé à l’AFP Guillaume Defaux chargé de communication de Hess Oil. « Sur les 50 dernières années, on a produit 250 millions de barils et on souhaite poursuivre cette histoire », a-t-il ajouté précisant que son entreprise « s’est engagée à ne jamais recourir à la fracturation hydraulique ». Hess, groupe américain spécialisé dans ces hydrocarbures non conventionnels, avait acquis en juillet des permis d’exploration français de la compagnie Zaza Energy, laquelle avait à son tour racheté en 2011 le groupe Toreador, leur détenteur initial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *