CEMAGAS et biodiversité en #Algerie : Pollution du Lac Télamine

Ce reportage a été fait à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des zones humides qui coïncide avec le 02 février 2013.

Le documentaire concerne une zone humide (le lac de Télamine) qui se trouve à dizaine de kms de la ville d’Oran (Algérie).

Au cours de cette interview avec Kacem MOUSSA, spécialiste en la matière, il est fait la démonstration qu’il faut absolument préservé la biodiversité menacée en Algérie.

Plus d’infos :Le Lac Télamine présente une physionomie d’habitats divers caractérisant en général les milieux salés dont la végétation naturelle est composée de plantes herbacées adaptées à la forte salinité du milieu. Il s’agit de sansouires caractérisées par la salicorne (Salicornia sp.), une plante halophile dont les taux de recouvrement atteignent 100% en certains endroits. Le plan d’eau est entouré par des cultures céréalières parsemées d’oliviers sur la majeure partie de son périmètre, ailleurs sur les talus au voisinage des agglomérations, on retrouve des friches à chardons. Dans les endroits où débouchent les ruisseaux ou les rejets d’eaux usées des villages voisins, se forment des vasières entourées d’une végétation herbacées parsemées de touffes de joncs et de quelques jeunes sujets de tamaris (Tamarix sp.). Le site appartient au complexe de zones humides de l’ouest algérien qui englobe la Sebkha d’Oran, les Marais de la Macta, Dayet oum el Ghellaz, Dayet Morsli, Dayet Bagra et les Salines d’Arzew. L’ensemble de ces sites très proches les uns des autres jouent un grand rôle dans l’hivernage et le stationnement en passage de migration des oiseaux.

Ce lac est pourtant en danger puisque des unités industrielles polluantes qui activent au niveau de la zone industrielle de Hassi Ameur ne disposent pas d’unités de pré-traitement et déversent leurs rejets, notamment les eaux usées au niveau du lac Télamine, qui s’étale sur une superficie de 80 hectares. Ces unités qui déversent leurs rejets au niveau du canal des eaux pluviales représentent un réel danger pour l’environnement. Il est précisé dans cet article que des mesures sont entreprises pour le transfert de la décharge qui se trouve au niveau du lac Télamine vers un autre site. «Le choix de terrain qui doit abriter la décharge a été fait et l’étude est en cours», a t on affirmé.

Selon une enquête sur la responsabilité environnementale des entreprises algériennes, effectuée par le centre universitaire de Khemis Miliana auprès d’un échantillon d’entreprises de différentes tailles,«les grandes entreprises sont les plus engagées dans la question environnementale par rapport aux moyennes entreprises, tandis que les petites entreprises n’ont montré aucun intérêt à la gestion environnementale».

Plus d’infos sur ce lien:

Pollution: Des mesures pour la préservation du lac Télamine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *