Algérie : L’irresponsabilité de l’exploitation des gaz de schiste

Algérie : L’irresponsabilité de l’exploitation des gaz de schiste.

Posted on Dec 24 2012 – 2:18pm by admin
Dans une    situation de quasi vacance  des pouvoirs,  l’Algérie s’apprête à prendre une décision qui engage l’avenir des générations futures. Il est indispensable d’interroger à la fois la    légitimité de cette décision et la légitimité les pouvoirs actuels à l’engager sans un large débat publique impliquant toute la société.
L’Algérie est sans gouverne depuis les législatives de Mai 2012. Le décor est alarmant. Une classe politique déchirée par des luttes intestines pour le contrôle des voies qui mènent aux mangeoires. Un gouvernement amputé de la moitié de ses membres et dont l’autre moitié attend, sur les paliers des ministères, de savoir s’il faut prendre la direction du parking ou celle de l’étage supérieur. Une assemblée clientéliste qui n’a pas la moindre chance de donner l’illusion d’exercer un quelconque pouvoir législatif. Une institution névralgique, l’ANP, impliquée à tort ou à raison, dans un crime environnementale, sans précédent, qui a décimé notre patrimoine forestier. Un chef de l’Etat affaibli, au plus bas de sa forme et de sa crédibilité. Une société est piégée entre les conséquences dramatiques de la déliquescence de l’Etat, les résurgences d’un terrorisme islamiste aux aguets et les promesses de répressions sanglantes sans cesse réitérées par les pouvoirs publics à l’endroit de toute contestation organisée. La jeunesse est, compte à elle, livrée au contrôle idéologique des clergés islamiques.Nous pourrions croire que le fond est atteint. Que non ! Fellag l’a bien dit : « en arrivant au fond, nous algériens, nous creusons encore ! ».

Prospection ou exploitation ?

L’été a été ponctué de déclarations plus ou moins floues au sujet de l’exploitation des gaz de roche-mères. Des annonces contradictoires, qui ne renseignent que vaguement sur les intentions, ou sur les décisions déjà prises : Réalisation de puits expérimentaux ? Révision de la loi sur les hydrocarbures ? Exploitation commerciale de cette ressource ? Quelle est la véritable décision engagée pas l’Algérie ? Qui l’a arrêté ? Autant de questions sans véritables réponses.

Les déclarations brouillonnes désarçonnent l’opinion. On nous dit avoir provisionné de quoi réaliser quelques  puits « expérimentaux », et financer des études pour évaluer le potentiel algérien en Gaz de schiste. Mais on claironne aussi que ces « réserves » correspondent au moins au quadruplement de nos réserves gazières !!  Soit, mais si la question n’en est qu’au stade  de  la prospection et de l’expérimentation, pourquoi alors envisager la révision de la Loi sur les Hydrocarbures ? Et pourquoi surtout la mettre dans les tablettes d’un gouvernement sur le départ ? Pourquoi s’avancer dans les discussions avec des groupes étrangers et envisager même l’idée d’accords grès à grès avec les quelques détenteurs de la technologie dite de la fracturation  hydraulique ? La démarche  à laquelle nous assistons, rend perplexes. Elle a tout l’air de chercher à imposer le fait accompli d’une décision en contrebande.

Plus de pétrodollars !!

Dans leur logique, nous devrions même être alléchés par de nouvelles recettes en devises que l’exploitation des gaz non conventionnels  procurera au pays !! L’argument ne tient pas la route. Il aurait  été recevable si la manne de pétrodollars amassée depuis 1999 avait trouvée affecté à la création d’emplois et de richesses. L’Algérie ôte toute ironie au fameux adage kabyle qui dit «    atwssel ta3wint ilevhar »une marre ne peut rien apporter un océan). La monétisation de nos hydrocarbures semble plus à même de soulager les difficultés financières des USA, voire  même du FMI, que de servir au développement du pays.

La question qui tue.

Le départ de Chakib Khalil a été, semble-t-il, l’occasion de constater le recul qu’il a causé aux capacités propres de l’Algérie dans les multiples domaines de l’exploitation des hydrocarbures. Plutôt que d’y  remédier voilà que l’Algérie s’apprête  à l’accentuer par une dépendance totale à l’égard d’une technologie détenue exclusivement par deux ou trois opérateurs Etatsuniens ? Cela a au moins le mérite de la continuité !

La situation de l’Algérie est-elle comparable à celle des Etats-Unis d’Amérique ? Les ressources en hydrocarbure conventionnelles des USA ont entamés leur déplétion dans le dernier quart du siècle passé. L’exploitation des hydrocarbures non conventionnels leur a  permis de redevenir, en 2009, exportateur net de produits énergétiques. Le coût environnemental de cette exploitation est d’ores et déjà faramineux. Le recours à cette technologie en Amérique du Nord relève d’une démarche pragmatique face à la chute de leurs ressources en hydrocarbures et à la persistance de l’maturité des    énergies alternatives. Il n’en reste pas moins que le développement des énergies nouvelles reste le choix stratégique des grandes puissances énergivores. L’exploitation des hydrocarbures non conventionnelle ne s’étalera que sur la période de maturation des énergies de substitution.

L’Algérie, au contraire des USA, n’a aucun intérêt à la banalisation de l’exploitation des gaz de schiste. L’exploitation de cette ressource non conventionnelle contracte les marchés pour le gaz conventionnel et accentue la tendance baissière des prix sur les marchés spot. Une situation qui compromet la stratégie des pays exportateurs de gaz conventionnel. Ceux-ci essaient d’assurer la rentabilité de leurs investissements gaziers par l’indexation des prix du gaz sur les courts du pétrole et du favoritisme pour les contrats à long terme. L’extension de l’exploitation des gaz non    conventionnels ruine la stratégie des gros exportateurs actuels.

L’autre option.

La Sonatrach,  au lieu de s’aventurer dans un domaine où sa dépendance technologique  est totale, et où l’intérêt du pays est défavorablement engagé, devrait plutôt tendre à jouer un rôle pivot dans un partenariat sud-sud de valorisation et de développement  des hydrocarbures conventionnels du Niger et du Mali – dans l’Azawad – et des pays de la région. Le  développement des ressources gazières conventionnelles du continent africain renforcera la résistance des pays européens à l’’exploitation des gaz de roche-mères. Plus la ressource conventionnelle sera disponible, plus la préoccupation écologique sera prise en compte par les européens , qui sont désormais nos partenaires privilégiés.

La décision algérienne est grave. Elle introduit un risque écologique majeur dans une partie du continent Africain où se concentrent des aquifères essentiels à la satisfaction des besoins en eau des générations futures. Ces systèmes souterrains contiennent d’immenses réserves d’eau potable. Prendre le risque que l’un ou l’autre d’entre eux soit pollué, par les centaines de produits toxiques    entrant dans la fracturation de la roche, est une décision criminelle. La responsabilité serait au contraire d’obtenir un accord d’interdiction de l’exploitation des gaz de schiste  dans toutes la zone des aquifères,  réserve majeur d’eau potable pour les générations futurs.

L’exploitation des gaz de schiste n’ont donc pour nous, dans l’immédiat, que des inconvénients. Pressions sur les marchés gaziers, dépendance technologique totale, atteintes environnementales majeures et dilapidation de    ce qui sera la véritable richesse à l’avenir : l’eau.

 Mohand Bakir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *