#France Josh Fox, réalisateur de Gasland, de passage à Jouarre

gasland2

Le film « Gasland » a été pour les collectifs français un outil majeur d’information, de sensibilisation et démobilisation contre les gaz et pétrole de schiste.

Trailer :

Son réalisateur, Josh Fox, figure emblématique de la lutte contre la fracturation hydraulique (anti fracking) en Amérique du Nord, sera en France du 5 au 7 septembre pour présenter son nouveau documentaire « Gasland II » en exclusivité.

Souvenons-nous que son film militant Gasland a permis de relayer la parole de ceux qui, aux Etats-Unis, subissent les conséquences catastrophiques de l’exploitation du gaz de schiste. C’est grâce à son film que nous avons pu illustrer nos réunions publiques et constituer nos collectifs.

Sa visite en France se déroule de la manière suivante :• le 5 septembre : Jouarre, en Seine et Marne, où la société Hess Oil est en train de forer un puits litigieux ! Projection/débat au théâtre de la Ferté-sous-Jouarre, rue de l’Abreuvoir, à partir de 18:30.

Nous le remercions de nous avoir offert un tel support et, aujourd’hui, de venir jusqu’à nous.

Cette journée permettra à ceux qui le souhaitent de rencontrer J. Fox, de participer à un débat avant le film et de voir en avant-première le nouvel opus, Gasland II.

La journée s’articulera de la façon suivante :

  • 15:30-17:30 : rendez-vous avec la presse
  • 18:15-19:45 : débat* avec les spectateurs au théâtre de la Ferté-sous-Jouarre
  • 20h-22h : projection en avant-première de son nouveau film Gasland II (en v.o. sous-titrée)

*Josh Fox ayant un timing très serré et voyageant le lendemain, le débat aura lieu avant la projection.

Les portes du théâtre seront ouvertes à partir de 18 heures.

Le Collectif du Pays Fertois vous accueillera et vous informera de la situation à Jouarre.
_________________________________________________

Pour pouvoir assister à la projection du film

au théâtre de la Ferté-sous-Jouarre, il est impératif de nous renvoyer ce coupon-réponse, par mail, à l’adresse suivante :collectifdupaysfertois@laposte.net

Nom:

Prénom:

mail:

téléphone:

souhaite assister à la présentation en avant-première du nouveau film de J. Fox, Gasland II au théâtre de la Ferté sous Jouarre à 20 heures, le 5 septembre.

Veuillez nous renvoyer UNE réponse par spectateur.
Vous recevrez une confirmation par mail. Seule cette confirmation vous permettra de rentrer dans la salle.
En vous remerciant de votre compréhension pour cette (petite) lourdeur administrative.

_________________________________________________

Pour les journalistes souhaitant participer au « point-presse » :
veuillez prendre contact par mail collectifdupaysfertois@laposte.net ou par téléphone au 06 63 04 05 19.
Nous vous préciserons le lieu exact du rendez-vous, celui-ci n’étant pas encore arrêté à ce jour.

Contact presse :

Le 05 septembre rencontre avec la presse prévue de 15:30 à 17:00, à Jouarre (77) Isabelle Levy, collectif du Pays Fertois -Jouarre

Tél : 06 63 04 05 19

Mail : isabelle.levy@orange.fr

Site : www.colfertois.canalblog.com

Aux Etats-Unis, les financiers du gaz de #schiste ont la gueule de bois

 terra eco

Aux Etats-Unis, les financiers du gaz de schiste ont la gueule de bois

Et si la ruée vers le gaz de schiste était terminée ? Dans un article de Bloomberg Businessweek, on apprend que les terrains achetés aux Etats-Unis entre 2009 et 2012 pour extraire du gaz de schiste ont déjà vu leur valeur baisser. De quoi doucher les ardeurs des investisseurs. Au cours de l’année écoulée, le nombre de transactions sur les gaz et huile de schiste a dégringolé de 52%. Et ces ressources sont sorties du top 5 des valeurs les plus prisées dans le pays.

Pire, selon Bloomberg Businessweek, le déclin pourrait durer des années. Le prix de l’énergie nord-américaine, tombée à son niveau le plus bas depuis 2004 au premier semestre, n’aide pas. Car les compagnies, qui se sont endettées dans l’euphorie de la dernière décennie, ne peuvent désormais plus compter sur leurs actifs, dont les cours ont chuté, pour réinvestir. Le tout moins de dix ans après le début des forages des sous-sols américains.

A lire sur Buisnessweek

#Algerie Déclaration du Collectif Euro Maghrébin Anti Gaz de #Schiste aux #JDE de #EELV

Déclaration du Collectif Euro Maghrébin pour l’atelier/conférence Gaz de Schiste aux Journées d’Eté du Parti Écologiste Français »Europe Ecologie Les Verts » à Marseille

Un bilan exhaustif de la lutte contre l’exploitation du gaz de schiste au Maghreb

Déclaration du Collectif Euro Maghrébin Anti Gaz de Schiste pour une loi exigeant l’interdiction de l’exploitation du gaz de schiste

Bismi Allahi errahmani errahimi

Nous, membre du Collectif Euro Maghrébin Anti Gaz de Schiste

Rappelant que l’exploration ou l’exploitation de façon industrielle du Gaz de schiste par fracturation hydraulique est une technologie récente, qui a débuté aux Etats Unis en 2005, puis au Canada et en Europe (Allemagne, Grande-Bretagne, Pologne) et actuellement qui veut s’implanter dans les pays Maghrébins (Maroc, Algérie, Tunisie et Lybie).

Considérant que la technologie de fracturation hydraulique se fait par injection de grande quantité d’eau (15 à 35 million de litre par cycle de fracturation) sous de fortes pressions avec des sables et des produits chimiques (entre 500 à 600 produits chimiques).

Reconnaissant que cette technologie est très polluante et certains produits chimiques utilisés (plus de trente produits) sont hautement toxiques et cancérigènes, représentent un risque imminent et réel pour l’environnement et la santé humaine et animale.

Notant les antécédents qui ont eu lieu ces dernières années aux Etats unis et au Canada provocant la pollution des nappes phréatiques et des eaux potables et les nombreux cas de fuite du Gaz de schiste au niveau de nombreux forages de fracturation hydraulique en activité ou après fermeture des forages.

Sachant que le méthane (CH4), le gaz carbonique et d’autres gaz associés au Gaz de schiste qui sont des gaz à effet de serre (GES), ont un impact négatif sur le réchauffement climatique.

Saluant la mobilisation de la société civile dans différentes régions du monde qui a manifesté son opposition à la fracturation hydraulique qui s’est avéré dangereuse pour l’environnement et la santé publique.

Considérant que les ressources en eau se font de plus en plus rares (stress hydrique) dans le monde et particulièrement dans les pays maghrébins. Leur protection et leur préservation constituent une condition nécessaire et primordiale à la continuité de la vie des hommes, des animaux et des végétaux.

Convaincus que l’injection de produits chimiques toxiques est cancérigènes dans la nature et dans le sous-sol relève d’un acte irresponsable, criminel et sans scrupule.

Notant l’avis de la communauté scientifique et celles de nombreux experts qui ont sollicité les gouvernements et les compagnies pétrolières à s’abstenir d’employer cette technologie dangereuse pour l’avenir de l’humanité.

Convaincus que la transition énergétique mondiale peut se faire par l’emploi des énergies propres et durables en utilisant l’énergie solaire, éolienne, marine et magnétique.

Ayant pris connaissance des nombreuses publications scientifiques notamment le rapport « Bilan Toxicologique et Chimique de l’exploration et de l’Exploitation des huiles et du Gaz de schiste par la fracturation hydraulique » du Pr André Picot, Expert auprès de l’Union Européenne et de ses collaborateurs, édité par l’association TOXICOLOGIE-CHIMIE.

Nous déclarons :

Notre ferme opposition ă l’emploi de la technologie de fracturation hydraulique pour l’exploitation du Gaz de schiste au Maghreb et ailleurs.

Notre soutien aux populations qui se sont mobilisées dans différents pays du monde pour protéger leurs territoires des impacts environnementaux et sanitaires de cette technologie très polluante.

Notre respect aux Gouvernements qui ont pris en considération les craintes et les revendications des masses populaires dans leurs pays et ont déclaré des moratoires pour suspendre les permis d’exploration et d’exploitation des Gaz de schiste, utilisant la fracturation hydraulique, notamment en France, au Canada, en Bulgarie, en Australie…

Notre appel aux Gouvernements et notamment les Gouvernements des pays Maghrébins (Maroc, Algérie, Tunisie et Lybie) d’opter pour le principe de précaution et d’œuvrer pour l’intérêt général des peuples en interdisant l’emploi de cette technologie de fracturation Hydraulique pour l’exploration ou l’exploitation des Gaz de schiste et d’opter pour un mixte énergétique respectueux de l’environnement et de la santé publique humaine et animale dans leurs pays.

Nos revendications au près des bailleurs de fond de s’abstenir de contribuer au financement des technologies polluantes qui dégradent l’environnement et détruisent irréversiblement notre planète.

Notre adhésion à l’émergence d’une conscience planétaire pour un juste équilibre entre nos besoins énergétiques pour un Développement propre et Durable et le souci de la préservation des ressources naturelles en eau, en sol et en air pour les générations futures.

Le Collectif Euro Maghrébin Anti Gaz de Schiste :

Dénoncent avec vigueur les accords passés sous silence et sans consultations des masses populaires et des élus représentants différentes collectivités territoriales, entre les Gouvernements Maghrébins en Tunisie, en Algérie et au Maroc, avec différentes compagnies pétrolières pour l’exploration et l’exploitation des Gaz de schiste.

Lancent un appel à la mobilisation générale des citoyens, des élus au niveau des collectivités locales, régionales, nationales et des députés au niveau des parlements pour l’information, la sensibilisation et l’action pour stopper la fracturation hydraulique au niveau du Maghreb.

Exigent l’annulation pure et simple des autorisations ou des permis qui ont été accordées à l’insu de la volonté des peuples et dans le manque de transparence totale sans respect des Lois en vigueur exigeant des Etudes d’Impacts Environnementales (EIE) avant la réalisation de chaque projet et la prise en considération de l’avis de la population par l’Enquête Publique avec la nécessité d’informer le public par les moyens adéquats.

Recommandent aux Gouvernements Maghrébins de s’abstenir de délivrer des permis ou autoriser l’exploration ou l’exploitation des Gaz de schiste.

Pour le Collectif Euro Maghrébin Anti Gaz de Schiste

Le coordinateur du Collectif MOUSSA Kacem(Algérie)

Mohamed BENATA membre du collectif pour le Maroc et membre de la Coordination Nationale Anti Gaz de schiste au Maroc

Hedy Ali,  membre du collectif pour la Tunisie, fondateur du G.I.E.S.T (Groupe d’Intelligence Economique et Scientifique de Tunisie)

atelier schiste jde

#Europe Les Verts suisses veulent interdire le gaz de #schiste

Mardi 20 août 2013
ENERGIE

Les Verts suisses veulent interdire le gaz de schiste

Mis à jour le 19.08.2013 

La fracturation hydraulique qui permet de produire du gaz de schiste fait peur aux Verts suisses. Ils souhaitent qu’elle soit interdite ou au moins soumise à un moratoire.

Les conseillères nationales Aline Trede (BE) et Adèle Thorens (VD).Les conseillères nationales Aline Trede (BE) et Adèle Thorens (VD).

Les Verts craignent que du gaz de schiste soit produit en Suisse, même si aucun projet n’existe pour l’heure. Ils veulent que la méthode de la fracturation hydraulique («fracking») soit interdite ou soumise à un moratoire au niveau fédéral et transfrontalier, sauf pour la géothermie.

L’extraction dite non conventionnelle d’énergie fossile est dangereuse pour les êtres humains et l’environnement, a déclaré lundi devant les médias à Berne Adèle Thorens, co-présidente des Verts suisses. Pour extraire du gaz de schiste, il faut fracturer les roches dans lesquelles il est piégé en injectant de grandes quantités d’eau sous pression avec des additifs chimiques.

Les risques de cette technique sont avérés, selon la conseillère nationale vaudoise. La nappe phréatique peut être contaminée et des séismes sont possibles.

Règles pour la géothermie

L’octroi d’autorisations pour ce type de projets est du ressort des cantons et aucune permission n’a été délivrée pour l’heure. Le parti écologiste demande toutefois que des mesures soient prises sur le plan national et transfrontalier.

Il réclame une interdiction, ou du moins un moratoire, de l’extraction non conventionnelle d’énergie fossile sur tout le territoire. Tous les cantons doivent être soumis aux mêmes règles. «Le Conseil fédéral doit avoir une position claire et une stratégie sur la question», a estimé la conseillère nationale Aline Trede (BE/Verts).

Pas question en revanche d’interdire la fracturation hydraulique pour les forages géothermiques. Mais des règles rigoureuses doivent encadrer et sécuriser cette pratique. Les Verts exigent en outre une étude de l’impact sur l’environnement pour les projets prévus à l’étranger dans les régions frontalières, afin qu’il soit possible de mieux évaluer les conséquences de ces projets sur la Suisse.

Source de l’Article « La Tribune de Genève«