#Maroc Gaz de #schiste : La jeune Khaoula interpelle le ministre de l’Energie

Gaz de schiste : La jeune Khaoula interpelle le ministre de l’Energie

A l’occasion de la Journée scientifique sur les risques liés à l’exploitation des gaz et des huiles de schiste qui a été organisée au Parlement marocain le 16 juillet 2013 à Rabat, Khaoula Salhi, une jeune fille de 9 ans, a adressé un appel au ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement et à Mme Amina Benkhadra.

La jeune militante écologique a appelé à respecter l’environnement et ne pas s’engager dans l’exploitation des gaz et des huiles de schiste et l’énergie nucléaire qui hypothèquent l’avenir et le droit des jeunes et des futures générations à un ecosystème sain.

Extrait vidéo

Source de l’article Yabiladi le Maroc à portée de clic

#Europe Pétition contre les subventions publiques aux gaz de #schiste !

Capture logo ami de la terre

Pétition contre les subventions publiques aux gaz de #schiste !

Le 23 juillet prochain, les États membres de l’Union européenne devront voter sur la nouvelle politique énergétique de la Banque européenne d’investissement (BEI). Si cette politique est validée telle qu’elle est actuellement formulée, alors la première banque publique européenne pourrait ouvrir son portefeuille à des projets d’hydrocarbures non conventionnels (gaz et huiles de schiste, gaz de houille).

 arton1149

Rejoignez l’appel des organisations au Ministère de l’Économie et des Finances afin que la France, l’un des premiers actionnaires majoritaires de la BEI et de la BERD, refuse de voter pour des politiques qui, en autorisant les subventions aux hydrocarbures non conventionnels, engagent l’argent de l’État, et donc nos impôts, dans des projets :

  • qui contribueront à polluer de façon durable l’eau, l’air et les sols, et auront un impact sur la santé
  • qui participeront activement au réchauffement climatique
  • qui seront en contradiction avec la législation française
  • qui ne permettront ni la sécurité énergétique européenne, ni des bas prix de gaz pour les consommateurs, comme cela a pu être avancé.

Au contraire, la France doit œuvrer à ce que les fonds publics alloués au secteur de l’énergie par les banques publiques permettent une réelle transition énergétique. Sobriété et efficacité énergétique ainsi qu’énergies renouvelables doivent être la priorité absolue de la BEI et de la BERD.

Pour signer la pétition :

http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/subventions-publiques-gaz-schiste-641.html

Signataires : Amis de la Terre, Counter Balance, CEE Bankwatch Network, ATTAC, AITEC, La Confédération paysanne, Réseau Action Climat, Convergence citoyenne pour la transition énergétique, Collectifs contre les gaz de schiste : Hainaut 59, Basta ! Gaz Alès, Collectif Briard, Non gaz de schiste Florac, Collectif Euro Maghrébin Anti Gaz de Schiste

Et un grand merci aussi à Cyberacteurs !

Pour consulter le projet de texte de la politique énergétique de la BEI :

http://www.eib.org/attachments/consultations/elp_draft_energy_lending_criteria_20130624_en.pdf

Pour en savoir plus sur les fausses vérités concernant les hydrocarbures non conventionnels :

http://www.amisdelaterre.org/L-exploitation-du-gaz-de-schiste.html

Pour en savoir plus sur la BEI : 

http://www.amisdelaterre.org/Comprendre,102.html

40 organisations européennes disent Non aux gaz de schiste (document de positionnement) : http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/document_de_positionnement_sur_les_gaz_de_schiste.pdf

La transition énergétique dans une perspective altermondialiste : 

http://www.france.attac.org/articles/la-transition-energetique-dans-une-perspective-altermondialiste

Pour des informations sur les hydrocarbures non conventionnels et la mobilisation citoyenne :http://www.nongazdeschiste.fr/

Source de l’article Les Amis de la Terre

#Europe Gaz de #Schistes : Des députés européens au secours des militants d’Occupy Chevron

Article du Blog de Sandine Bélier, députée Européenne EELV

Gaz de Schistes : Des députés européens au secours des militants d’Occupy Chevron

14 juillet 2013

Citoyens et paysans polonais mobilisés contre Chevron et Gaz de Schiste en Pologne

Citoyens et paysans polonais mobilisés contre Chevron et Gaz de Schiste en Pologne

Des eurodéputés au secours des paysans de Zamosc ? Le 28 juin dernier, avec 4 collègues députés européens (allemand, britanique et Tchèque) nous avons adressé une lettre ouverte à Donald Tusk et Marcin Kolorec, respectivement Premier ministre et ministre de l’environnement polonais, afin de témoigner leur soutien aux militants du mouvement « Occupy Chevron ».

« Le 28 juin 2013

Monsieur le Premier ministre Donald Tusk,
Monsieur le ministre de l’environnement Marcin Korolec,

Nous vous écrivons en notre qualité de députés européens pour évoquer la question urgente du retour dans la région de Zurawlow de Chevron qui entend poursuivre l’exploration d’un puits de gaz de schiste situé près de Zamosc, dans le sud-est de la Pologne.

Vous savez que les habitants de Zurawlow, soutenus par des militants de toute la Pologne, se trouvent en ce moment même sur le site de la concession de Grabowiec pour protester contre le retour de Chevron.

A notre connaissance, Chevron ne détient pas de permis de forage ; son précédent permis a été annulé en juin 2012. C’est donc avec consternation et une certaine incompréhension que nous avons été informés du retour de Chevron dans cette zone.

La population locale connaît les dangers que pose l’extraction de gaz de schiste sur son mode d’existence. L’extraction de gaz de schiste peut polluer l’air, le sol et l’eau. Les habitants de Zurawlow en ont fait l’expérience : au cours d’essais sismiques réalisés, l’emploi d’explosifs sur le site a pollué l’eau et l’a rendue impropre à la consommation.

L’extraction de gaz de schiste par Chevron menace gravement la sécurité des habitants de Zurawlow, qui, par leurs protestations déterminées, vous demandent de les protéger. Les communautés concernées de Zurawlow pensent de toute évidence que vous devez absolument reconnaître les risques considérables que l’extraction de gaz de schiste représente pour les citoyens polonais.

Bien à vous,

Sandrine Bélier MPE
Reinhard Bütikofer MPE
Pavel Poc MPE
Michèle Rivasi MPE
Keith Taylor MPE

Retrouvez tout le dossier sur le site d’ ARTE : Gaz de schiste : la controverse d’une ressource .

L’occasion de revenir sur 3 ans de débats et combat au Parlement européen en vidéos

Source de l’article Blog de Sandrine Bélier, Députée Européenne EELV

#France : Philippe Martin recadre Arnaud Montebourg sur les gaz des #schiste

Philippe Martin recadre Arnaud Montebourg sur les gaz des schiste

LE MONDE |  |Par Marie-Béatrice Baudet

C’est le premier coup de poing sur la table de Philippe Martin. Mercredi 10 juillet, le nouveau ministre de l’écologie a fermement recadré son confrère du gouvernement Arnaud Montebourg qui, la veille, avait à nouveau vanté les mérites de l’exploitation du gaz de schiste.

S’exprimant, mardi 9 juillet, devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, le ministre du redressement productif avait prôné la création d’une entreprise publique pour exploiter la manne énergétique qui dormirait, selon lui, dans le sous-sol français.

Soucieux de ne pas en faire trop dans la provocation, surtout depuis la « jurisprudence Batho », il avait expliqué s’exprimer à « titre personnel », restant opposé – c’est le mot d’ordre au gouvernement – à l’usage de la fracturation hydraulique « mauvaise pour l’environnement ». Persuadé que de nouvelles techniques allaient rapidement voir le jour, M. Montebourg annonçait tout de même l’arrivée prochaine du « gaz de schiste écologique ».

« La question de l’exploitation « écologique » des gaz de schiste ne se pose pas », lui a rétorqué M. Martin. « Ma feuille de route, celle que m’a fixée le président de la République, est de conduire la transition écologique et énergétique afin, notamment, de réduire la dépendance de la France aux énergies fossiles », a-t-il précisé. Avant de tacler M. Montebourg : « Ma position n’est pas personnelle, c’est celle du gouvernement. »

Si Arnaud Montebourg avait pris soin de ne pas franchir la ligne rouge qui aurait pu lui valoir plus qu’un simple recadrage, le timing de ses déclarations était pour le moins incongru. Il s’est exprimé au moment même où Jean-Marc Ayrault annonçait des investissements d’avenir fortement teintés de vert destinés à retricoter les liens avec les écologistes et les ONG, mécontents de l’éviction de Delphine Batho du ministère de l’écologie. Pas question donc de les prendre à rebrousse-poil.

MONOMANIAQUE

Après un déjeuner, mercredi, avec la ministre du logement, Cécile Duflot (EELV), M.Martin a écrit sa réponse à M. Montebourg, validée par Matignon, et qui lui a valu, comme il l’explique au Monde« les félicitations de Jean-Marc Ayrault, quelques heures après ».

« Il devait absolument marquer son territoire, explique un député PS. Arnaud Montebourg a voulu le tester comme il a testé Delphine Batho à plusieurs reprises. Rappelez-vous que lors de la conférence environnementale de septembre 2012, le ministre du redressement productif lisait ostensiblement un magazine dont la « une » expliquait pourquoi il fallait exploiter les hydrocarbures non conventionnels. »

La bagarre est loin d’être finie. D’ici quelques jours, il est fort probable que le Conseil d’Etat transmette au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur la loi du 13 juillet 2011 interdisant la fracturation hydraulique. Un feuilleton juridique lancé en janvier par la compagnie américaine Schupebach dont deux permis miniers ont été recalés. La possible abrogation du texte mobilise le Medef et les industriels qui font le siège de Matignon et de l’Elysée pour obtenir un assouplissement de la loi.

« Arnaud Montebourg est leur principal soutien », explique José Bové. « C’est la première chose dont il a voulu parler avec le nouveau ministre de l’écologie,raconte ce proche de M. Martin. Il lui a demandé de revoir le dossier gaz de schiste… Sur ce sujet, il est monomaniaque. »

L’option de l’#Algerie pour le gaz de #schiste, c’est la « solution de facilité », estime le Pr Omar Aktouf (Maghreb M)

maghreb emergent

L’option de l’Algérie pour le gaz de schiste, c’est la « solution de facilité », estime le Pr Omar Aktouf (Maghreb M)

Habib Ferhi , mercredi 3 juillet 2013 17:23

Aktouf Omar2 à maghreb emergent

Le Pr Aktouf interviewé par El Kadi Ihsane et Abed Charef (ph. M’hamed Kerrouche).

Lors du direct de Maghreb M, aujourd’hui, le Pr Omar Aktouf a appelé à valoriser le Sud de l’Algérie et ses Hauts-Plateaux au lieu d’exploiter dangereusement le gaz de schiste. Evoquant les accusations de corruption portées contre SNC Lavalin, il a expliqué les dérives éthiques dans les milieux d’affaires canadiens par la dérégulation: peu pourvues en ingénieurs qualifiés, les administrations font appel aux compétences de leurs propres fournisseurs, ce qui fait que les mêmes personnes élaborent les cahiers des charges et préparent les soumissions.

Selon Omar Aktouf, professeur à l’HEC de Montréal qui était aujourd’hui l’invité du direct de Maghreb M., la radio web de Maghreb Emergent, l’exploitation du gaz de schiste est une catastrophe. « Elle a gravement pollué les régions exploitées en Amérique du Nord », a-t-il rappelé, précisant qu’en Algérie, où elle est envisagée comme une alternative au recul des réserves pétro-gazières, elle nécessiterait « l’utilisation de près de cent cinquante produits chimiques différents ainsi que de beaucoup d’eau ».

M Aktouf a invité les autorités à aller voir ce que sont devenues les régions qui ont été soumises à cette activité pour en mesurer les dégâts. « Les nappes phréatiques sont affectées, il n’y a plus ni vie animale ni végétale ! Même les hommes fuient leurs habitations. La Pennsylvanie, à titre d’exemple, est un Etat sinistré », a-t-il souligné.

 « L’exploitation du gaz de schiste : un danger écologique »

M. Aktouf a estimé que l’option du gouvernement algérien pour l’exploitation du gaz de schiste relève d’une démarche qui privilégie la facilité dans la résolution des problèmes. « Il faut penser autrement », a-t-il conseillé. Et de suggérer : « L’Algérie dispose de 200 milliards de dollars de réserves de change, ce qui lui confère une force de négociation énorme. Elle peut aller sur les marchés financiers, où beaucoup de pays en crise sont à la recherche de financements et leur prêter de l’argent à des taux très compétitifs. Ce qu’elle gagnerait de ces prêts à titre des services de la dette, elle pourrait l’utiliser dans la valorisation de son Sud et ses Hauts-Plateaux.»

Sur un autre plan, le Pr Aktouf a attiré l’attention sur un autre aspect de la nouvelle loi sur les hydrocarbures promulguée récemment, à savoir la méthode de calcul de l’impôt sur le revenu pétrolier. « Sur les 29 petits gisements découverts durant les dernières années en Algérie, la majorité ont été le résultat des efforts de prospection de Sonatrach. Or, au lieu d’exiger des compagnies étrangères d’investir plus dans la prospection, on leur attribue des gisements prêts à pomper et on leur demande de ne pas mentir au sujet de leurs résultats nets sur la base desquels serait calculé le taux d’imposition. C’est vraiment hallucinant !», s’est-il étonné.

Le professeur à l’HCE de Montréal, classé en 2011 parmi les 75 personnalités les plus marquantes de l’histoire récente du Canada et qui s’identifie politiquement à la social-démocratie, ne trouve pas d’inconvénient à réunir des conditions attractives pour les capitaux étrangers. Il a recommandé de former des personnels capables de cogérer ou au moins contrôler les firmes internationales qui disposent de compétences extraordinaires.

« La dérégulation favorise la corruption »

« Quels moyens a-t-on mis en œuvre pour attirer des IDE ? Qu’ils soient associés à 49 ou à 51%, cela importe peu aux étrangers qui viennent investir dans le pays. Ils exigent surtout le sérieux de l’Etat et de ses fonctionnaires, la stabilité et une main-d’œuvre qualifiée. Il est important de disposer de compétences aussi parce que ces investisseurs viennent ‘’bouffer’’, surtout s’ils trouvent en face des gens qui ne comprennent rien à leurs méthodes », a-t-il expliqué.

M. Aktouf a été invité à s’exprimer sur les accusations de corruption portées, dans plusieurs pays du Maghreb, contre la firme canadienne SNC Lavalin : « C’est le résultat de la dérégulation opérée au Canada. Les administrations qui étaient peu pourvues en ingénieurs qualifiés faisaient appel aux compétences de leurs fournisseurs. Ce sont les mêmes personnes donc qui élaboraient les cahiers des charges et préparaient les soumissions ! Ce qui a conduit à une situation de conflit d’intérêts, où on se partage les marchés entre amis.»

« Le capitalisme financier est mort »

Bardé de diplômes, Pr Aktouf est l’un des critiques les plus engagés contre le capitalisme financier, dont il pense qu’il est tout simplement mort. Il milite pour une économie mondiale plus juste et plus solidaire et invite à reproduire le modèle allemand, copié avec succès, selon lui, en Scandinavie, au Japon et dans bien d’autres pays. « Il faut cesser de se référer aux consultants français et américains et se tourner un peu du côté de l’Asie, de l’Allemagne et même de l’Amérique latine.», a-t-il préconisé.

Voir la Source de l’article de Mahreb Emergent