#France PARIS – Hulot: le nucléaire et le gaz de #schiste, «une trajectoire suicidaire»

PARIS – Hulot: le nucléaire et le gaz de schiste, «une trajectoire suicidaire»

Source 20 Minutes

Créé le 23/05/2013 à 12h03 — Mis à jour le 23/05/2013 à 15h30

PARIS – Ne pas réduire la part du nucléaire et céder à la «tentation» du gaz de schiste est une «trajectoire suicidaire», a déclaré jeudi Nicolas Hulot auditionné à Paris dans le cadre du débat sur la transition énergétique.

«Si nous gardons le nucléaire, et même comme certains le préconisent, nous augmentons le nucléaire, avec le gaz de schiste, la seule chose que je peux vous dire, c’est qu’il n’y a pas de dénouement heureux», a déclaré le défenseur de l’environnement.

«C’est une trajectoire suicidaire», a-t-il ajouté lors de la réunion mensuelle du «Parlement» du débat qui réunit une centaine de représentants d’associations, syndicats, élus…

Le Medef plaide, au sein de ce débat, pour prolonger la vie du parc nucléaire français et ne pas se priver des gaz de schiste. Pour sa part, le président François Hollande s’est engagé à réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75 à 50% d’ici 2025.

«Dans mon esprit il est bien clair que c’est par rapport à la capacité de production d’aujourd’hui, et non la capacité de production de demain», a souligné Nicolas Hulot.

Mettant en garde contre la «tentation» d’aller vers des «solutions qui peuvent apparaître dans un premier temps comme miraculeuses», «l’envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète» a jugé que les deux priorités de la transition étaient la «sobriété» et le développement des énergies renouvelables.

«On doit engager un grand virage historique», a-t-il estimé, rappelant notamment que la France prévoit d’organiser en 2015 la grande conférence climat qui doit déboucher sur un accord ambitieux et global de réduction de gaz à effet de serre.

«Si la France n’a pas d’ici 2015 sa propre part d’ambition, d’audace, de créativité, je ne vois pas comment on pourra entraîner notamment les pays émergents sur le chemin de la transition», a-t-il averti.

 © 2013 AFP

Plus d’informations sur ce sujet en vidéo

#Algerie #Schiste « L’accord énergétique avec l’Europe garantit à l’Algérie un marché mais épuisera plus vite ses réserves (expert)

maghreb emergent

 

Moussa Kacem

Docteur Moussa Kacem.

Pour le Docteur Moussa Kacem, maître de Conférences à l’Université d’Oran et expert en environnement et en mines et carrières, la signature prochaine d’un accord énergétique stratégique entre l’Algérie et l’Europe garantira à notre pays un grand marché, surtout que les perspectives d’exploitation des gaz de schiste sur le territoire de l’UE sont, pour le moment, limitées.

Maghreb Emergent : Le Conseil européen a approuvé, le 15 avril dernier, un accord énergétique stratégique entre l’Algérie et les 27 pays de l’Union européenne. Quelles pourraient être les retombées pour notre pays?

Moussa Kacem: Entre autres retombées positives pour notre pays, il y a la garantie d’un marché gazier et pétrolier en Europe. L’Union européenne œuvre à combler un manque flagrant en matière d’approvisionnement en hydrocarbures, notamment devant l’interdiction par le Parlement européen pour la plus grande partie des Etats membres de recourir à l’exploitation des gaz et huiles de schiste sur leurs propres territoires.

L’Europe avait beaucoup misé sur les hydrocarbures des schistes, mais après des expériences non concluantes menées çà et là (Roumanie, Pologne, etc.), elle s’est vue obligée de retourner aux partenaires traditionnels, comme l’Algérie, afin de satisfaire, ne serait-ce que provisoirement, ses besoins en énergies. L’Europe connaîtrait de grandes difficultés énergétiques si elle mettait les bâtons dans les roues à certains pays producteurs d’hydrocarbures, comme notre pays ou la Russie.

Mais cet accord aura aussi des conséquences néfastes pour l’Algérie. Avec un pompage excessif, on atteindrait plus tôt que prévu le « pic oil », et cela, forcément, avancerait l’épuisement des réserves.

L’Algérie assure, à elle seule, entre 13 et 15% des besoins européens en gaz. Cet accord lui permettra-t-il d’augmenter ses parts de marché en Europe ?

Je pense que oui. Après l’adoption de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, notre pays va mobiliser toutes ses ressources énergétiques, en exploitant les réserves d’hydrocarbures conventionnels et non conventionnels. Il devra remplir ses engagements envers l’Europe pour être considéré comme un bon partenaire.

L’exploitation des grandes réserves de gaz de schiste en Amérique du Nord risque-t-elle d’avoir un impact sur la coopération énergétique algéro-européenne ?

Evidemment. En l’espace d’une quarantaine d’années, d’importateurs d’hydrocarbures les Etats-Unis sont devenus auto-suffisants ! Ceci signifie qu’à l’avenir, ils pourront devenir un pays exportateur, notamment vers l’Europe, considérée comme leur allié stratégique sûr. Ceci mettra à mal plusieurs pays, notamment le nôtre et la Russie.

C’est pourquoi l’Algérie doit mettre le paquet sur le développement d’une nouvelle politique énergétique, basée sur le renouvelable, et préparer une vraie transition énergétique, basée sur le développement de la recherche et non uniquement sur la rente.

Propos recueillis par Younès Djama

#Algerie #Europe #USA Gaz de #Schiste : Triple Divide Nouveau documentaire sur la problématique du fracking aux Etats-Unis

Gaz de schiste ; “Triple Divide” : Nouveau documentaire sur la problématique du fracking aux Etats-Unis.

(source du lien No Fracking France)

avril 30, 2013 dans Revue de Presse

triple_divide_fracking_documentary

 

 

 

 

 

 

 

Nouveau documentaire américain sur la problématique de l’extraction du gaz de schiste , de la fracturation et de ses impacts.

Triple Divide cherche la vérité sur les impacts du fracking.

Le film est produit par PublicHerald.org, une société à but non lucratif.

Le narrateur du film est l’acteur Mark Ruffalo.

579700_515395335190596_1371220512_n

 

 

 

 

 

L’acteur Mark Ruffalo raconte 18 mois d’enquête publique, menée par le Herald Enquête, organisme à but non lucratif co-fondée par deux journalistes Joshua Pribanic et Melissa Troutman.

Caractéristiques de Triple Divide il dévoile des entretiens avec les géants de l’industrie et des défenseurs de l’Environnement, des rapports exclusifs des propriétaires , des documents d’État, et des témoignages d’experts.

Le film révèle comment la contamination de l’eau est couverte par l’industrie et l’État, avec la réécriture des expertises sanitaires. Pendant ce temps, les régulateurs étatiques utilisent la conformité comme un moyen de régulation de la commercialisation sans application de la loi, en abandonnant le public dans le sillage du développement du gaz de schiste.

Le titre : “Triple Divide ” représente l’un des seuls endroits des États-Unis a fournir de l’eau potable à des millions d’Américains , avec des rivières qui alimentent trois côtés distincts du continent, signalant aux habitants américains, qu’ils résident tous en aval d’une inévitable exploitation de gaz de schiste.

Le film révèle comment la contamination de l’eau est “couverte” par l’industrie et l’État. Pendant ce temps, les régulateurs étatiques utilisent la conformité comme un moyen de régulation de la commercialisation sans application de la loi, en abandonnant le public dans le sillage du développement du gaz de schiste.

Vous pouvez regarder le film complet en ligne pour 5 $ lors de la première du film en ligne.

Extrait :

Site officiel : http://tripledividefilm.org/

Best documentary on fracking ever :

http://keeptapwatersafe.org/2013/05/06/best-documentary-on-fracking-ever/

Source de l’article repris sur le site No Fracking France

#Europe :Gaz de schiste : la fin

Gaz de schiste : la fin

LE MONDE |  • Mis à jour le 

Par Hervé Kempf

Jets de gaz issus du "fracking" des couches de schiste, à Watford City, dans le Dakota du nord

Ah, les miracles promis par le gaz de schiste, « la manne extraordinaire sous nos pieds », vantée par la patronne du Medef, la promesse d’une Amérique indépendante pour cent ans ! Ô château en Espagne, lubies fantasmagorique, rêves insensés ! Mais le songe creux d’une énergie inépuisable s’évapore comme le méthane, les faits commencent à dissiper les discours mensongers de ceux qui ne veulent rien changer.

Le 8 mai, on a appris que deux compagnies gazières, Talisman Energy et Marathon Oil, se retiraient de l’exploration du gaz de schiste en Pologne. Pourquoi ? Parce qu’elles n’ont pas trouvé suffisamment de gaz, qui se révèle ne pas être aussi aisé à extraire qu’aux Etats-Unis. Sur 43 puits creusés jusqu’à présent en Pologne, seuls 12 ont produit du gaz. La Pologne, à qui l’on avait promis des réserves immenses de 5 trillions de mètres cubes, ramenées ensuite à 800 milliards, découvre la différence entre le potentiel, le possible et le faisable.

Il ne fait guère de doute que d’autres pays vont subir les mêmes déconvenues que la Pologne, même s’ils sont prêts à faire fi de ce qu’implique l’exploitation des gaz de schiste : l’atteinte aux paysages, la consommation et la pollution des eaux, les émissions de gaz à effet de serre. Et même aux Etats-Unis, la réalité apparaît moins rose qu’elle n’est usuellement présentée.

 Le pot aux roses, justement, a été découvert par un géologue canadien, David Hughes, dans une importante étude publiée par le Post Carbon Institute, en février. Le chercheur a analysé les données historiques de production sur 65 000 puits forés aux Etats-Unis. Il met en évidence un phénomène connu, mais jusque-là pas systématiquement étudié : la production de gaz de schiste ne peut se maintenir à des niveaux élevés qu’à condition de creuser sans arrêt de nouveaux puits. En effet, le rendement d’un puits isolé décline très rapidement dans le temps.

Même si le nombre de puits forés se maintient à un niveau très élevé (43 000 aux Etats-Unis en 2012, selon Oil and Gas Journal), la production globale tend à se stabiliser. Le même constat est applicable au pétrole de schiste, qui se développe rapidement dans le Dakota du Nord. En fait, estime Hughes, un pic du gaz et du pétrole de schiste va se produire aux Etats-Unis, c’est-à-dire que la production va stagner avant de décliner. Date prévue : 2017.

Ce phénomène reflète une loi fréquemment oubliée par le discours dominant, qui est celle des rendements décroissants. En énergie, elle trouve son application dans le concept de « taux de retour énergétique » (TRE ; en anglais, EROI, « energy return on energy invested »). Celui-ci traduit le fait que pour obtenir une certaine quantité d’énergie, il faut dépenser de l’énergie. Le rapport entre ces deux quantités est le taux de retour énergétique. Et la loi dominante de l’époque que nous vivons est que le TRE diminue tendanciellement : il faut dépenser de plus en plus d’énergie pour en obtenir. L’ère de l’énergie peu chère est derrière nous. Compris, le Medef ?

Article reproduit par Saoudi Abdelaziz

#Maroc #Schiste: Les jeunes élèves du Lycée Azzeytoune célèbrent la journée mondiale de la Terre

Les jeunes élèves du Lycée Azzeytoune célèbrent la journée mondiale de la Terre ont organisé une conférence sur les Impacts de l’exploitation des Gaz et de l’huile de schiste sur l’environnement et la santé qui a été animée par Mr Benata Mohamed et Chedaid Salhi Ingénieurs Agronomes de l’Espace de Solidarité et de Coopération de l’Oriental.

La réunion a été suivie par Monsieur le Directeur de la Fondation, des professeurs et membres de l’administration et les étudiants de l’établissement d’enseignement. Au cours de cette réunion a été présenté un documentaire sur la façon d’extraire le gaz de schiste et les risques pour l’environnement et pour la santé humaine. À titre indicatif, l’extraction de gaz de schiste s’inscrit dans le cadre de la recherche de nouvelles sources d’énergie, mais cette méthode d’extraction implique:
1 – pollution des eaux souterraines
2 – les émissions de méthane
3 – Le phénomène de la fracturation hydraulique
4 – les maladies affectant les humains

Il a été expliqué le risque lié à l’extraction des gaz de Schistes sans étude préalable et le rôle joué par les entreprises étrangères qui procèdent à ces extractions avec des risques et dommages pendant le processus dit d’extraction.

Une bonne intéraction positive du public présent sur ce sujet. À titre indicatif, ce sujet a été mis en discussion au niveau du parlement marocain pour une question orale au ministre de l’Énergie.