#Maroc MAROC – 22 septembre Journée internationale contre les gaz de schiste – Manifestation Numérique – Global Frackdown

non au GDS au maroc

MAROC – 22 septembre Journée internationale contre les gaz de schiste – Manifestation Numérique – Global Frackdown

http://www.avaaz.org/fr/petition/Stopper_lexploration_et_lexploitation_des_Gaz_de_schiste_au_Maroc/?feassab&pv=0

L’exploration et l’exploitation des Gaz de schiste se sont avérées néfastes pour la santé publique et l’environnement : – Contamination des nappes phréatiques et des sols, – Fuites importantes de gaz dans l’atmosphère, – La fracturation hydraulique utilise des quantités énormes d’Eau et des additifs chimiques hautement toxiques et cancérigènes. Nous signataires de cette pétition, – Vu la constitution, instituant le Droit des citoyens à un environnement sain, – Vu la Charte Nationale pour l’Environnement et le Développement Durable, évoquant le «Principe de Précaution », – Vu que la technologie de fracturation hydraulique s’est avérée nuisible à la santé publique, à l’environnement et aux ressources hydriques), Nous lançons un appel au Gouvernement Marocain pour annuler les autorisations qui ont été octroyées sans débat public et de s’abstenir à toute concession ou autorisation nouvelle d’exploration ou d’exploitation des Gaz de schiste sur le territoire marocain.

Le samedi 22 septembre, avec de nombreuses associations et collectifs ANTI-GAZ de SCHISTE, nous vous donnons rendez-vous pour manifester Numériquement et pacifiquement. Montrons notre opposition à l’exploitation des huiles et pétroles de schiste au Maroc.

Des organisations de tous pays ont décrété le 22 septembre, Journée mondiale contre les gaz et pétrole de schiste et la fracturation hydraulique. De nombreuses manifestations sont organisées partout dans le monde. Afin que cette journée ait un impact important, nous devons être le plus nombreux possible. Faites passer l’information à votre famille, à vos amis… Aux quatre coins du Maroc, « Alerte Nature et Environnement au Maroc » et beaucoup d’autres associations seront présentes.

Rejoignez nous sur ces pages

https://www.facebook.com/pages/Non-Au-Gaz-De-Schiste/297282413721212?fref=ts

#Maroc: démarre la construction de la centrale solaire la plus grande du monde

Sol Term

 200 kilomètres au sud de Marrakech, aux limites du désert du Sahara, ont commencé les travaux pour construire le complexe solaire de Ouarzazate. Le projet, le premier de ce genre au Maroc, compte installer une capacité de plus de 2.000 MW avant 2019, tenant à devenir la plus grande centrale solaire à concentration du monde.

L’initiative fait partie du Plan Solaire Mediterrannéen qui s’est fixé l’objectif d’équiper la région entière avec une capacité de 20 GW, complètement à partir de sources renouvelables, avant 2020. Les intentions du gouvernement marocain sont celles d’investir dans les structures solaires et parcs éoliens, pour réduire l’importation énergétique (actuellement égal à 97% du besoin), faisant du pays africain un leader dans la production d’énergie propre.

La technologie du solaire à concentration

La centrale de Ouarzazate sera réalisé engageant la technologie du solaire à concentration, garantissant, pour des superficies égales des rendements élevés. Le concept à la base de cette technologie, dénommé CSPConcentrating Solar Power, se fonde sur le principe de réflexion des rayons solaires vers un receveur, grâce à des superficies réfléchissantes opportunément orientées. Le principe est déjà exploité depuis longtemps dans le domaine du solaire thermique, avec le but de réchauffer un fluide duquel successivement est récupéré de l’énergie thermique. Dans des temps plus récents, la technologie a été appliquée au photovoltaïque traditionnel (structures CPV – Concentrated PhotoVoltaics), permettant, suite à la concentration des rayons incidents, une substantielle réduction des dimensions des cellules de silicium qui mettent en oeuvre la conversion photovoltaïque.

Le Maroc regarde vers l’avenir

Le Maroc, comme de nombreux autres États arabes, a décidé de prendre le chemin de la durabilité, mais il se trouve aujourd’hui à rivaliser avec les États du Golf qui, grâce à leur puissance économique dérivant de la vente du pétrole, sont en train de s’accaparer les meilleures technologies dans le domaine énergétique.

Avec sa Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement, le roi Mohammed VI s’est assuré le soutien des Nations Unies, de la Banque mondiale et  de l’Union Européenne pour ses projets de développement. En particulier, cette dernière à déjà signé un accord de 345 millions d’ euros pour la première phase de réalisation de la centrale Ouarzate.

Les potentialités du territoire ne manquent pas, il existe en effet de vastes espaces inhabités dans la région subsaharienne et sur le plateau de l’est de l’Atlas, dans lesquelles l’insolation est presque le double par rapport à la moyenne européenne. Il a été estimé que, même si seulement 10 % de ces espaces seraient solarisés aujourd’hui, ils pourraient produire une quantité d’énergie en mesure de couvrir les besoins de toute l’Union Européenne.

#Maroc Gaz de #schiste : La jeune Khaoula interpelle le ministre de l’Energie

Gaz de schiste : La jeune Khaoula interpelle le ministre de l’Energie

A l’occasion de la Journée scientifique sur les risques liés à l’exploitation des gaz et des huiles de schiste qui a été organisée au Parlement marocain le 16 juillet 2013 à Rabat, Khaoula Salhi, une jeune fille de 9 ans, a adressé un appel au ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement et à Mme Amina Benkhadra.

La jeune militante écologique a appelé à respecter l’environnement et ne pas s’engager dans l’exploitation des gaz et des huiles de schiste et l’énergie nucléaire qui hypothèquent l’avenir et le droit des jeunes et des futures générations à un ecosystème sain.

Extrait vidéo

Source de l’article Yabiladi le Maroc à portée de clic

#Maroc Gaz de #Schiste: Futur désastre écologique

MMDA

Gaz de schiste: Futur désastre écologique

le . Publié dans Énergies renouvelables

Il y a quelques mois, la population marocaine ne connaissait pas l’ampleur des dégâts écologiques qu’allait entraîner l’exploitation du gaz et des huiles de schiste au Maroc. Aujourd’hui, le sujet est sur la scène publique grâce à un collectif d’associations encadré par l’Espace de Solidarité et de Coopération de l’Oriental qui a organisé un sit-in le 21 avril dernier devant le Parlement.

Le sit-in a sorti le ministre de l’Energie et des Mines Fouad Douiri de son silence qui s’est prononcé sur la question devant le Parlement. Tout en reconnaissant que l’Office Marocain des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM) n’a pas informé le Parlement et les communes concernées par ces projets de forage (scandaleux!), le ministre a déclaré que l’Office respecte les procédures dans l’octroi des autorisations de forage et qu’il a une veille technologique. «Si une atteinte à l’environnement est avérée, nous prendrons les décisions qui s’imposent», a-t-il conclu.

«C’est une réponse démagogique, rétorque Mohamed Benatta, président du Collectif d’Oujda, si vraiment la loi sur l’environnement a été respectée, aucune autorisation d’exploration ou d’exploitation ne devait être accordée car la technique de fracturation hydraulique cause d’énormes dégâts sur l’eau, l’air et le sol et c’est prouvé mondialement».

La Loi N°21-90 sur la recherche et l’exploitation des Hydrocarbures exige que toutes les opérations pétrolières soient entreprises dans le respect de l’environnement.

Quant à la Loi 12-03 sur l’environnement, elle exige une étude d’impacts qui doit être approuvée par la commission nationale pour avoir l’autorisation d’entamer ce genre de projet. Le principe de précaution est institué par la Charte Nationale pour l’Environnement et le Développement Durable.

Lire la suite